Le renoncement pur et simple aux principes de la construction européenne !

bayrousarko

François Bayrou a réagi avec vigueur au discours prononcé par Nicolas Sarkozy à Toulon, qui constitue selon lui « la fin de l’Europe communautaire » et « le renoncement pur et simple aux principes de la construction européenne ».

« C’est un discours qui apparaissait au premier abord comme un discours de campagne, construit sur des théories économiques fumeuses, comme celle qui voudrait que la globalisation financière ait été inventée pour corriger les ravages de la mondialisation, alors qu’elle en est l’un des visages et la condition même », a analysé le président du Mouvement Démocrate, en commentant l’intervention la veille à Toulon du chef de l’Etat.

« Mais, a-t-il ajouté, tout cela au fond aurait été banal s’il n’y avait eu la deuxième partie qui, sur l’Europe, est un renoncement pur et simple à tous les principes de la construction européenne ». « Ce discours sur l’Europe, aucun pays européen et aucun citoyen conscient des enjeux ne peut le laisser passer », a-t-il martelé.

« Ce que Nicolas Sarkozy annonce, ou plutôt ce qu’on lui fait dire, c’est en toutes lettres la fin de l’Europe communautaire, celle où les pays sont dans une démarche coopérative et participent tous ensemble à la marche en avant de l’Union, celle aussi où des institutions sont en charge de défendre l’intérêt général européen en dialogue avec les légitimes intérêts nationaux », a poursuivi François Bayrou.

« Or ce que Nicolas Sarkozy dit, c’est que désormais, on fera l’Europe intergouvernementale et on comprend, entre les lignes, que c’est de l’intergouvernemental à deux, entre la France et l’Allemagne », fait-il valoir. Pour lui, « cette démarche est offensante pour les autres pays européens, totalement incrédible parce que personne ne l’acceptera, et fait courir un très grand risque de crise ».

Pour le candidat centriste, « il y a eu beaucoup de dérives de la construction européenne et elles sont principalement le fait des traités de Nice et de Lisbonne qui l’un et l’autre sont indirectement ou directement l’oeuvre des gouvernements auxquels Nicolas Sarkozy participait ou qu’il présidait ». « L’impression que j’ai à l’écoute et à la lecture de ce discours, c’est que dans une démarche irréfléchie, on danse sur une champs de mines », a-t-il conclu.

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
par , vendredi 02 décembre 2011

Réagir