La quinzaine de Bayrou

bayrou17

« Avoir de la chance fait partie du talent », aime à répéter Nicolas Sarkozy. Alors François Bayrou a beaucoup de talent… Au moment de se lancer officiellement dans sa troisième aventure présidentielle, il ne pouvait espérer meilleure préparation du terrain que cette quinzaine de turbulence traversée par François Hollande en plein décollage de sa campagne.

Sa quinzaine à lui, François Bayrou ne veut pas la manquer. Il l’a conçue avec un soin inédit, désireux de la placer sous le double signe de la gravité et du professionnalisme. Ce soir, sur TF1, il plante le décor. Avant un lancement de campagne en quatre étapes.

Première étape, à la fin de la semaine prochaine, sans doute jeudi 1 er décembre : le coup d’envoi de son « agenda 2012-2020 ». Une expression calquée sur l’« agenda 2010 » de Gerhard Schröder, le paquet de réformes énergiques qui avait permis de relancer l’économie allemande. Au-delà du quinquennat qu’il brigue, Bayrou veut détailler semestre par semestre toutes les mesures nécessaires au redressement de la France. Sa méthode : une série de réunions d’experts, toutes publiques, en janvier et en février. « Le choix de la transparence, à l’exact opposé de ce qu’ont fait le PS et les Verts », dit-on au Modem.

Deuxième étape : la déclaration de candidature proprement dite. Au début de la semaine du 5 décembre. En 2007, François Bayrou avait choisi le cadre des Pyrénées. « Il me fallait dire qui j’étais et d’où je venais, se justifie-t-il. Cette fois, il s’agit de dire ce qu’il faut faire pour redresser le pays. » Ce sera donc à Paris, dans un cadre sobre, grave. Sous la forme d’une allocution. « Je ne jouerai d’aucun effet durant la campagne », promet-il.

Troisième étape : la télévision. Il sera l’invité de l’émission « Des paroles et des actes », le 8 décembre sur France 2. Avec un oeil sur l’audience, pour prouver qu’il est attendu des Français autant que Sarkozy et Hollande.

Quatrième étape, enfin : un rendez-vous « convivial » sur ses terres béarnaises. Il n’oublie pas que l’image de « l’homme au tracteur » fut un des ingrédients de son score de 2007.

Il restera ensuite à François Bayrou à franchir l’étape décisive, celle des sondages. Il s’est fixé un objectif : « Atteindre un score à deux chiffres d’ici à la fin janvier. » Persuadé qu’une vague médiatique s’intéressera alors à un nouvel « effet Bayrou ». Mais cette étape-là ne se décrète pas.

http://www.lesechos.fr/economie-politique/politique/actu/0201759169040-la-quinzaine-de-bayrou-253456.php

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
par , jeudi 24 novembre 2011

Réagir