L’emploi au coeur de la campagne Présidentielle

Image-006

On a beau théoriser sur la crise , donner des solutions « cataplasme sur jambe de bois » , il n’en reste pas moins que sans créations d’emploi et donc de richesses , l’ensemble des solutions proposées ne seront que du vent !! Si FB a choisi d’en faire un des thèmes principaux de sa campagne  c’est qu’il sait que la résolution de la dette , le pouvoir d’achat , l’éducation etc, etc…sont intimement liés à notre capacité à produire ,  à exporter  . Il y aura d’ailleurs deux conceptions qui vont s’opposer , celle qui se contente de dire qu’il faut donner aux Français les moyens de consommer quel qu’en soit le coût  ( ce qui bien sûr augmentera notre déficit du commerce extérieur déjà imposant ) ou ceux qui pensent qu’il faut produire ici et proposer des produits « made in France » aux consommateurs, pour au moins arriver à stopper l’hémorragie. A ce sujet comme nous sommes en Franche-Comté , je vous propose ce (court) flash de la situation de notre région , il confirme que nous avons un besoin criant d’industries novatrices, modernes

Ce court résumé est extrait d’un document de l’Insee

Les régions du Nord-Est, comme la Franche-Comté, la Lorraine, la Picardie, la Champagne-Ardenne et la Bourgogne sont celles qui ont le plus perdu d’emplois avec la crise : la perte d’emplois a été supérieure à 5 % entre le début 2008 et la fin 2009, contre 3,6 % au niveau national. Pendant les années précédant la crise, ces régions perdaient déjà des emplois.

Franche Comté une attractivité économique plutôt faible

La Franche-Comté reste fortement marquée par son industrie traditionnelle, et renvoie à l’extérieur l’image d’une région peu tournée vers les nouvelles technologies et les secteurs à haute valeur ajoutée.

Par conséquent, l’implantation de nouvelles entreprises spécialisées dans des secteurs peu développés dans la région, pouvant offrir de nouveaux postes d’encadrement et des emplois tertiaires supérieurs, est difficile. Les jeunes diplômés entrant dans la vie active sont souvent plus enclins à quitter la Franche-Comté qu’à venir s’y installer.

Ce manque durable d’attractivité économique contribue à figer la nature des emplois et à renforcer la spécialisation du tissu productif. De fait, la Franche-Comté continue d’être une région où les emplois tertiaires sont proportionnellement moins nombreux (67 %) qu’en France métropolitaine (75 %) au profit des emplois industriels (23 % contre 15% au niveau national) même si son économie continue de se tertiariser très largement. Ainsi, entre 1997 et 2007, les emplois tertiaires ont progressé de 19 %, essentiellement au détriment des emplois industriels (– 15 %).

Cette spécialisation fragilise l’emploi dans la mesure où les difficultés actuelles de l’industrie affectent l’ensemble de l’économie régionale Cette sensibilité aux aléas économiques résulte à la fois du poids plus important de l’industrie et de la concentration de l’activité dans une poignée de secteurs, en particulier, celui de l’automobile qui regroupe plus d’un quart de l’emploi industriel salarié régional.

( source INSEE )

Partager sur
  • Partager via Facebook
  • Partager via Google
  • Partager via Twitter
  • Partager via Email
par , vendredi 07 octobre 2011

Réagir